Devenir huissier

Un grand nombre de personnes ont collé une certaine étiquette aux huissiers en raison des points négatifs associés à ce métier. Il n’est pas toujours aisé de se faire aimer de tous, plus particulièrement lorsque le métier exercé est celui-là. Cependant, ce travail est noble et fait profiter de divers avantages. Voulez-vous en savoir plus sur ce métier emblématique ? Cap sur les différents points à connaître sur le poste d’un huissier de justice !

Les études et formations d’un huissier

Avant d’aller plus loin, il est important de préciser qu’un huissier doit avoir un casier judiciaire vide. Il ne doit pas avoir subi une condamnation pénale, ou disciplinaire, et encore moins de faillites personnelles. C’est l’un des premiers points à prendre en compte avant de se lancer dans ce corps de métier.

Par ailleurs, pour exercer cette profession, il faut avoir fait des études en droit. Généralement, vous devez être titulaire d’un bac + 4 (Master 1) en droit ou sciences juridiques. C’est le pré requis pour ce type de métier. Cependant, les professionnels du droit recommandent soit d’avoir un bac + 5 (Master 2), soit de suivre une formation à l’ENP (école nationale de procédure).

Il convient de notifier que lorsque vous décidez d’avoir un Master, il est plus judicieux de vous spécialiser en procédure civile et voies d’exécution.

Outre ces diplômes, un huissier doit aussi suivre des formations comme des stages chez les huissiers de justice pour découvrir les réalités du terrain. Ce n’est qu’après ce stage qu’un examen professionnel viendra confirmer la qualité d’huissier de justice.

Le rôle ou les missions d’un huissier

En tant qu’officier ministériel, le principal rôle d’un huissier est d’ordre public. Grâce à sa nomination par le ministère de justice, ce dernier a pour rôle les assignations et les significations de jugement. Ces rôles sont fractionnés en missions pour lui permettre de faire plus aisément son travail.

Ainsi, cet homme de loi doit informer les justiciables. Il est question pour lui d’avertir les personnes contre qui une action en justice est intentée de l’existence de cette action. Il doit donc leur remettre des convocations ou des citations à comparaitre devant un tribunal. Cette mission ne s’arrête pas là, car une fois que le juge a délibéré, l’huissier est aussi tenu de communiquer la décision prise aux différents intéressés.

Outre cette mission, l’huissier doit aussi s’assurer que les jugements rendus soient appliqués par les mis en cause. Il doit procéder au recouvrement des créances, et trouver des solutions en cas de difficulté.

Par ailleurs, un huissier de justice doit pouvoir établir des constats de faits (troubles du voisinage, abandon de poste, ou vice caché d’un produit), et éventuellement, organiser des ventes aux enchères en cas de recouvrement fiscal.

Les compétences ou qualités du huissier

Les huissiers doivent avoir la compétence nécessaire pour la rédaction des actes juridiques qui entrent dans le cadre de l’exercice de leurs fonctions. Par ailleurs, ils doivent aussi servir de conseiller aux usagers.

En termes de qualités, ce dernier doit être très flexible et pragmatique. Il doit pouvoir s’adapter à toutes les situations et faire preuve d’un grand sens pratique. De plus, il doit pouvoir se rendre disponible. La disponibilité est une qualité cruciale de l’huissier, car le métier de celui-ci exige des déplacements fréquents.

Il est tenu d’avoir un bon sens relationnel et s’exprimer aisément. Il doit également être diplomate et savoir écouter. C’est un homme de raison qui doit avoir un esprit d’analyse et savoir résoudre des situations conflictuelles avec tact.

Le salaire d’un huissier

La rémunération d’un huissier prend en compte plusieurs aspects. Étant donné son métier si particulier, ce dernier est payé en prenant en compte divers éléments :

  • les émoluments (actes établis, droits fixes, droits proportionnels),
  • les honoraires,
  • les débours (remboursement de quelques sommes), et
  • les frais de déplacement.

Cependant, pour un huissier débutant, le salaire est d’environ 9 000 euros par mois.

Devenir un juriste

Au nombre des métiers les plus actifs au monde, celui du juriste fait indéniablement partie du lot. Les juristes sont des hommes de loi qui apportent leur expertise juridique aux personnes ou entreprises dans le besoin. Le juriste s’assure de toujours mettre à disposition de ses clients toute l’artillerie juridique qu’il faut pour ne pas tomber sous le coup de la loi. Ce métier est tellement passionnant qu’il est juste de s’y intéresser de plus près. Comment devenir juriste ? Quelles sont les responsabilités de ces derniers ?

Les études et formations d’un juriste

Avant de devenir un bon juriste, il faut au préalable avoir suivi une formation en droit, car ce corps de métier est spécialisé dans le droit. Pour devenir juriste, vous devez donc être titulaire d’une licence en droit. Ce diplôme ne suffit pas toujours, et d’ailleurs, il n’est que le premier pas vers un autre plus important. Une fois la licence en droit obtenue, il vous faut un Master 2 en droit. La spécialisation est à votre convenance. Cela peut être une spécialisation en doit bancaire, droit des affaires, droit fiscal ou droit de la concurrence. Tout dépend de votre domaine de définition.

Par ailleurs, accéder au métier de juriste ne se fait pas uniquement en ayant un bac + 5. Il existe également d’autres voies. Vous avez la possibilité d’obtenir un diplôme juriste conseil d’entreprise, ou alors vous pouvez effectuer un cursus au sein d’écoles de référence. Il y a par exemple l’institut d’études politiques, les écoles de management, ou les instituts d’administration des entreprises. Cependant, ce type de formation requiert un niveau de formation bac + 6.

Le rôle ou les missions d’un juriste

Le principal rôle d’un bon juriste, c’est de conseiller, informer son employeur ou son client sur les nouveautés des lois, et de les aider à s’y conformer. Ce dernier s’assure que ses clients ont tout ce qu’il faut en matière juridique pour rester en conformité avec les législations. De ce rôle primordial découlent quelques missions.

Le juriste doit résoudre toutes les problématiques liées aux questions juridiques dans une entreprise. Ensuite, il est tenu de rédiger, ou tout au moins d’approuver tous les documents standards qui relèvent de son domaine de compétence. Il s’agit ici des contrats, des actes juridiques, des conventions et autres. Il doit aussi aider les employeurs ou les personnes dans le besoin à une prise de décision grâce à son expertise juridique. L’homme de loi est également dans l’obligation totale de suivre l’évolution des lois et de se mettre à jour. Il est aussi tenu de représenter l’entreprise ou l’employeur en cas de litige au tribunal. C’est un homme qui a pour mission la gestion des conflits et contentieux pouvant entraîner des comparutions devant une cour.

Les compétences ou qualités du juriste

L’une des premières compétences d’un bon juriste est la maîtrise parfaite de quelques disciplines juridiques obligatoires. Il s’agit du droit des obligations, du droit social, du droit des sociétés, des affaires, de la procédure civile, et du droit de la propriété industrielle et intellectuelle pour ne citer que ceux-là.

Le juriste est aussi tenu de maîtriser l’anglais (savoir le parler et l’écrire), et éventuellement, maîtriser une autre langue étrangère.

Par ailleurs, un bon juriste doit avoir des qualités comme la disponibilité, un bon sens pratique, et une excellente maîtrise des outils informatiques. Il doit aussi être flexible, avoir le sens du relationnel et du service ainsi qu’une très grande facilité d’expression. Il doit être un homme rigoureux, pragmatique, et disposer d’un esprit d’analyse et de synthèse.

Le salaire d’un juriste

La paye du juriste varie énormément en fonction de la taille de l’entreprise pour laquelle il travaille, et des responsabilités. En fonction des tâches qui lui sont assignées, un juriste peut percevoir entre 50 000 et 60 000 euros chaque année. Le montant du salaire dépend aussi du nombre d’années d’expérience.