Dans l’exercice de leur métier, les avocats sont amenés à intervenir dans des domaines très variés comme dans la vie des entreprises ou encore dans celle des particuliers. Selon leurs préférences, ils peuvent être généralistes ou choisir de se spécialiser. Notons que la majorité des avocats sont généralistes. Dans ce métier, la spécialisation est perçue comme un complément. Pour qu’un avocat soit reconnu comme étant un spécialiste dans un domaine, ses compétences professionnelles doivent être validées par un jury. Afin de bénéficier d’un certificat de spécialisation, l’intéressé doit justifier d’au minimum quatre années d’expérience professionnelle et passer un examen devant le Conseil national du barreau. Le certificat est délivré par ce dernier. Actuellement, il existe 26 mentions de spécialisation dans le métier d’avocat.

Par ailleurs, vous ne devez pas confondre le domaine d’activité principale d’un avocat et sa spécialisation. Ce sont deux choses complètement différentes. Un avocat peut très bien intervenir principalement dans un domaine et y avoir un acquis sans pour autant en faire sa spécialité.

De bonnes raisons de se spécialiser

Vous vous demandez sans doute pourquoi un avocat doit-il se spécialiser alors qu’étant généraliste, il peut être sollicité dans tous types de procès. Ne vous y trompez pas, parce que la spécialisation offre certains avantages. En effet, dans un environnement très concurrentiel comme le métier d’avocat, l’obtention d’un certificat de spécialisation constitue une réelle valeur ajoutée tant en termes d’image que de crédibilité. C’est également un argument de poids pour justifier les honoraires coûteux.

Quelques exemples des mentions de spécialisation

  • Le droit des personnes

Il s’agit d’une spécialité du droit civil qui étudie les personnes en tant que sujet de droit. Sa finalité est de garantir que chaque personne jouisse des droits particuliers qui sont attachés à leur personne. Le droit de la personne englobe notamment les droits au nom, à la protection de la vie privée, à l’image ou encore le droit au domicile.

Pour ceux qui veulent entrer plus dans le détail, voici tous les domaines qui sont concernés par cette spécialisation :

-la réparation de préjudice corporel

-le droit de la famille

-le droit des mineurs

-le droit des étrangers et de la nationalité

-les assurances des particuliers

-le droit des successions et des donations

-la responsabilité civile

-le droit du patrimoine

-le droit du surendettement

  • Le droit de la propriété intellectuelle

C’est le droit qui régit le droit exclusif d’un créateur ou d’un artiste vis-à-vis de son œuvre ou de sa création intellectuelle. Le droit de la propriété intellectuelle se divise en deux branches bien distinctes, à savoir :

-la propriété littéraire et artistique

-la propriété industrielle

  • Le droit des sociétés

    Le droit des sociétés se définit comme étant l’ensemble des règles qui s’appliquent aux sociétés, mais également aux personnes morales, qu’elles soient de nature commerciale ou civile.

Les domaines concernés par cette spécialité sont :

-le droit des associations et fondations

-le droit des sociétés commerciales et professionnelles

-les fusions et acquisitions

  • Le droit international

Le droit international regroupe l’ensemble des règles juridiques qui régissent les relations entre les personnes privées dans un cadre international ou entre les États.

Les domaines concernés par le droit international sont :

-les contrats internationaux

-les contentieux internationaux

À propos de RÉAL BEAUVAIS AVOCAT : un cabinet d’avocat situé à Laval

Pour bénéficier d’un accompagnement fiable lors de vos procès, faites appel aux compétences de Maître Réal Beauvais. Disposant d’un cabinet situé au 5-3055 boul Saint-Martin O 5e étage H7T 0J3 à Laval, il intervient dans de nombreux domaines tels que le droit civil, le droit de la famille ou encore le droit immobilier. Comptez sur son expertise pour faire valoir vos droits lors de votre procès.

Le métier d’avocat tel que nous le connaissons aujourd’hui est le fruit d’une longue histoire. Elle trouve son origine dans l’Antiquité et au début du Moyen Âge. Au cours des siècles, cette profession a beaucoup évolué pour devenir le métier que l’on connaît aujourd’hui. Dans la Grèce antique, les avocats n’existaient pas encore. Les accusés devaient se défendre eux-mêmes. Cependant, l’idée d’assister un individu lors de son procès existait déjà. Ainsi, l’accusé se défendait en se basant sur un discours écrit par un grand orateur.

Le Moyen-âge : une époque qui marque l’apparition du métier d’avocat

C’est sous le règne de l’empereur BYZANTIN Justinien 1er que « L’Ordre des Avocats » fut créé. Mais l’édification des règles déontologiques ne sera achevée que des siècles plus tard. En effet, ce n’est qu’au XIIIe siècle qu’une ordonnance fixant les premières règles régissant le métier fut établie. Certaines de ces règles perdurent encore aujourd’hui comme l’obligation pour l’avocat de prêter serment et d’avoir un niveau d’étude suffisamment élevé pour exercer. Par ailleurs, le titre de « Maître » leur fut donné et les honoraires apparaîtront. Certaines traditions du métier firent également leur apparition à l’époque médiévale, comme le fait de porter une robe noire au moment de plaider.

Au tout début, les avocats se recrutaient parmi les ecclésiastiques. À l’époque, ils étaient les seuls à connaître suffisamment la loi. Mais peu de temps après, ce métier fût aussi exercé par les laïcs. Durant de nombreux siècles, la profession d’avocat revêtait toujours une dimension religieuse, comme en témoigne l’histoire de Clément IV, un avocat devenu Pape par la suite ou encore celle d’Yves Helory qui est devenu Saint-Yves. D’ailleurs, ce dernier est devenu le patron des hommes de loi.

L’évolution du métier d’avocat de la Renaissance à la Révolution

Cette époque est marquée par le renforcement des fondamentaux du métier. La déontologie est réglementée par ordonnance et le corps des avocats est séparé de celui des magistrats. Afin d’harmoniser les lois du royaume, ils sont invités à participer à la codification des « Coutumes ». Néanmoins, en matière judiciaire, les personnes accusées n’avaient pas encore de droits. Ces dernières étaient soumises à des tortures et devaient assurer leurs défenses elles-mêmes. L’avocat n’intervenait qu’en tant que conseiller au préalable. Cela causait problème parce que de ce fait, leur rôle était considérablement réduit.

Avez-vous déjà entendu parler du sac à procès ?

Avant la révolution, toutes les pièces à conviction d’une affaire sont réunies dans un sac. Et lorsque l’affaire est traitée, ce sac était pendu à l’aide d’un crochet dans le cabinet de l’avocat, soit sur le mur soit sur le plafond. Mais progressivement, le sac à procès a disparu pour laisser place au dossier et à la chemise des papetiers.

De la Révolution à la fin du second empire : une époque qui a également marqué l’histoire du métier d’avocat.

La révolution et les réformes qu’elle entraîne touche également la profession d’avocat. Dans un premier temps, la torture est supprimée et les avocats étaient autorisés à assister à l’instruction d’une affaire et à la plaidoirie tout en gardant le silence. Peu de temps après, la suppression des associations entre en vigueur. Cela a aussi entraîné la suppression de l’ordre des avocats. Mais le XIXe siècle sera marqué par la reconquête de leur indépendance. Ainsi, la profession d’avocat et les Ordres sont rétablis. Par la suite, l’histoire de ce métier connaîtra encore des rebondissements.

Connaissez-vous EVOL’JURIS , cabinets d’avocat situés à Aix-en-Provence et à Vitrolles ?

Pour assurer votre défense lors de vos procès, laissez-vous accompagner par les avocats du cabinet EVOL’JURIS. Son siège est situé à l’Espace Beauvalle Bât A 2 Rue Mahatma Gandhi 13090 à Aix-en-Provence. Les deux avocats, Maître P. Blouet-Jardi et Maître J.P Darmont interviennent dans tous les domaines du droit. Ils sont à votre service pour traiter les dossiers aux niveaux national et européen. N’hésitez pas à solliciter leurs services.