La proposition et la vente d’outil d’espionnage doivent être soumises à une autorisation. Piéger des téléphones, écouter des conversations, lire des messages et autres sont interdits par la loi. Une peine de 5 ans d’emprisonnement et jusqu’à 300 000€ attendent tous les contrevenants. Toutefois, de plus en plus de gens achètent et cherchent à utiliser un logiciel espion.

Les chiffres parlent d’eux-mêmes pour la plupart des développeurs d’applications, comme https://www.espionneruntelephone.fr/, mouchardes dont les plus célèbres comptent plus d’un million d’utilisateurs en 2013. Les statistiques ont encore évolué et ce sont surtout les fournisseurs qui sont devenus de plus en plus nombreux. Par ailleurs, pendant toutes ces années, les victimes d’escroqueries n’ont pas manqué.

Reconnaître facilement les arnaques

Plusieurs internautes tombent facilement dans les escroqueries. Avec la demande des clients, beaucoup d’outils frauduleux et de publicités mensongères sont apparus. Les 5 cas suivants sont les plus fréquents et auxquels il faudra faire preuve de prudence.

  • La possibilité d’installation à distance : aucun logiciel espion ne peut être installé à distance. Si vous tombez sur de telles publicités, fuyez ! Si vous songez à surveiller le portable d’autrui, il faudra avoir cet appareil entre les mains pour pouvoir installer l’outil.
  • La compatibilité : vous êtes amené à savoir qu’aucun fournisseur ne vend un logiciel espion compatible avec tous les téléphones portables. À chaque système d’exploitation et de catégorie (BlackBerry, iPhone, Tablette, Nokia, etc.), la compatibilité est différente. Ce qui n’empêche que des manipulations telles que « rootés » ou « jailbreakés » permettent d’assurer la compatibilité entre certaines applications et certains appareils.
  • Le logiciel est gratuit : il s’agit là encore d’une caractéristique impossible. De plus, l’infection de virus constitue une situation à craindre pour votre mobile ou votre PC. Tous les services d’espionnage fiable, qui nécessitent une connexion Internet, sont payants.
  • Surveiller juste en ayant un numéro de téléphone mobile : si vous tombez sur des propositions qui  promettent un espionnage juste en fournissant un numéro mobile, sachez que c’est une arnaque. Un numéro GSM peut être tracé, mais pas avec un logiciel espion à distance.
  • Espionner avec Bluetooth : les applications espionnes authentiques ne fonctionnent qu’avec une connexion Internet, plus précisément un Wifi pour les appareils mobiles. Même si le Bluetooth constitue une connexion sans fil entre deux portables ou avec un ordinateur, il ne permet pas d’espionner un téléphone à distance. De plus, la portée de ce système est très réduite.

Combien coûte alors un logiciel espion ?

En fait, vous achetez un abonnement. Sur le marché, le tarif ballote entre 7€ et 75€ par mois, selon le fournisseur ainsi que la durée du service. Selon le développeur, les fonctions sont différentes tout comme la configuration, l’affichage dans le panneau de contrôle, …. C’est pour cela qu’il faut toujours connaître ses besoins avant d’en acheter un : accès à Messenger, aux comptes réseaux sociaux, à la consultation des messages, à l’écoute des appels, au blocage de sites et autres.

L’écart entre les prix s’explique aussi par le type de serveur utilisé par les entreprises d’espionnages. Outre cela, il y a la protection des données qui représentent une tâche très délicate et très importante. Des employés sont chargés au bon déroulement de toutes ces missions. Il faudra bien les payer également à part la procuration de l’application proprement dite.

Une situation délicate en entreprise

Les fabricants convainquent facilement les entreprises en affirmant que l’utilisation des logiciels espions dans ce secteur est bien encadrée par une législation. Toutefois, une déclaration auprès des établissements tels que la CNIL constitue une étape obligatoire. D’un autre côté, il est indispensable d’informer les salariés et surtout, d’obtenir leur accord signé. Les employeurs doivent être en mesure de comprendre que l’usage des logiciels espions n’est pas systématique ni permanent.

Quoi qu’il en soit, les enregistreurs de frappe et de saisie automatique ne sont pas autorisés. Ces fonctionnalités sont interdites et font partie des cas particuliers. Pour les personnes morales, le tarif n’est pas le même qu’un parent, un conjoint ou une proche paie chaque mois. Des pacs spéciaux existent pour répondre à leurs besoins.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation