Le Royaume-Uni devrait quitter l’Union européenne (UE) le 31 janvier 2020, après que l’accord sur le Brexit du Premier ministre Boris Johnson ait été soutenu par les députés.

Pour ceux qui ne suivent pas tous les tours et détours, cet article devrait vous aider à couvrir les bases.

Qu’est-ce que le Brexit?

Brexit, abréviation littérale de « sortie britannique », fait référence à la sortie du Royaume-Uni de l’UE.

Qu’est-ce que l’Union Européenne ?

L’UE est une assemblée économique et politique impliquant 28 pays européens. Elle permet au libre-échange et à la libre circulation des personnes de vivre et de travailler dans le pays de leur choix. L’organisation a mis en place une version personnalisée du droit international, applicable en son sein.

Le Royaume-Uni a adhéré en 1973 (alors qu’elle était connue sous le nom de Communauté économique européenne). Si le Royaume-Uni part, il serait le premier État membre à se retirer de l’UE.

Pourquoi le Royaume-Uni veut partir ?

Un vote public, ou référendum, a eu lieu le jeudi 23 juin 2016, pour décider si le Royaume-Uni devait partir ou rester.

La sortie a gagné avec un score de 52 % à 48 %. Le taux de participation au référendum a été très élevé, à 72 %, avec plus de 30 millions de personnes votant, dont 17,4 millions de personnes optant pour le Brexit.

Pourquoi le Brexit tarde à s’officialiser ?

Le Brexit devait initialement avoir lieu le 29 mars 2019. C’était deux ans après que la Première ministre Theresa May a déclenché l’article 50 définissant le processus formel de départ et a lancé les négociations.

Sous Mme May, le délai a été reporté à deux reprises après que les députés ont rejeté son accord sur le Brexit, repoussant finalement la date au 31 octobre 2019.

Après avoir remplacé Mme May en tant que PM, M. Johnson a dû demander une troisième prolongation après que les députés n’aient pas réussi à faire passer un accord révisé sur le Brexit.

Le nouveau délai a été fixé au 31 janvier 2020, trois ans et demi après la tenue du référendum.

Pourquoi le Parlement a-t-il rejeté l’accord de Theresa May sur le Brexit ?

Le principal point de blocage de nombreux députés conservateurs et du DUP (allié du gouvernement au Parlement à l’époque) était le filet de sécurité irlandais.

Le filet de sécurité a été conçu pour garantir qu’il n’y aurait pas de postes frontières ou de barrières entre l’Irlande du Nord et la République d’Irlande après le Brexit.

Si cela avait été nécessaire, le filet de sécurité aurait maintenu le Royaume-Uni dans une relation commerciale étroite avec l’UE et aurait évité les contrôles.

Mais de nombreux députés ont été critiques. Ils ont dit que si le filet de sécurité était utilisé, le Royaume-Uni pourrait y être piégé pendant des années. Cela empêcherait le pays de conclure des accords commerciaux avec d’autres pays.

Après que les députés aient rejeté l’accord pour la troisième fois, Mme May a démissionné de son poste de Premier ministre.

Alors, le nouveau Brexit ?

Après avoir remporté la course à la direction des conservateurs, M. Johnson a pris ses fonctions de Premier ministre en juillet 2019 et a entrepris de renégocier l’accord Mme May.

M. Johnson a réussi à remplacer le filet de sécurité par de nouveaux arrangements douaniers. Contrairement à l’accord précédent, l’accord révisé permettra au Royaume-Uni de signer et de mettre en œuvre ses propres accords commerciaux avec des pays du monde entier.

Cependant, l’accord révisé crée effectivement une frontière douanière et réglementaire entre l’Irlande du Nord et la Grande-Bretagne. Cela signifie que certaines marchandises entrant en Irlande du Nord en provenance de la Grande-Bretagne seraient soumises à des contrôles et paieraient des taxes à l’importation dans l’UE.

Ceux-ci seraient remboursés si les marchandises restent en Irlande du Nord (c’est-à-dire ne sont pas transférées en République d’Irlande).

S

Le reste de l’accord reste en grande partie inchangé par rapport à celui négocié par Mme May. Connu sous le nom d’accord de retrait, il comprend :

– les droits des citoyens de l’UE au Royaume-Uni et des citoyens britanniques dans l’UE.

– combien le Royaume-Uni doit payer à l’UE (initialement estimé à 39 milliards de livres sterling) ?

Le nouvel accord sur le Brexit a-t-il été approuvé ?

M. Johnson a tenté de soumettre son accord révisé au vote du Parlement le 19 octobre 2019.

Cependant, le vote n’a pas eu lieu. De nombreux députés voulaient le reporter jusqu’à ce que la législation nécessaire pour transformer l’accord en loi ait été approuvée. Les députés ont déclaré que cela devait empêcher un éventuel Brexit sans accord.

Le Parlement étant dans l’impasse, M. Johnson a déclenché des élections législatives anticipées, ce que les députés ont accepté.

L’élection, qui a eu lieu le 12 décembre, a abouti à une majorité conservatrice de 80 voix.

Huit jours plus tard, les députés ont voté 358 contre 234 en faveur du projet de loi sur l’accord de retrait, qui fait maintenant l’objet d’un examen plus approfondi au Parlement.

Les autres étapes du projet de loi devraient être achevées rapidement en janvier.