L’agent de transit joue un rôle très important dans l’organisation du transport des marchandises. Il est le gérant de toutes les procédures administratives rattachées au transport. Aussi, de nombreuses normes régissent l’acheminement des marchandises. Alors, l’acheminement par voie ferrée, par les airs, par route ou par mer doit être maîtrisé par ledit agent. Il doit également résoudre certains problèmes tels que l’endommagement, les retardements, la perte des marchandises, etc. Le temps de cet agent est donc partagé entre le terrain pour la vérification du départ ou de l’arrivée des marchandises et les bureaux pour l’exécution des diverses tâches administratives.

Autres appellations

L’agent de transit est aussi appelé transitaire mandataire ou commissionnaire de transport. Mais ils se différencient au niveau de la modalité de paiement relatif à leur statut.

Le transitaire mandataire

Un contrat de mandat lie l’agent de transit à son client. Le transitaire est mandaté par le client pour que les consignes qu’il lui propose soient bien respectées. De ce fait, les responsabilités de cet agent sont limitées.

Le commissionnaire de transport

Un contrat de commission rattache le commissionnaire de transport à son client. Il va choisir un agent de transit qualifié afin de se libérer de toutes sortes de contraintes et responsabilités. Contrairement au transitaire mandataire, cet agent a beaucoup de responsabilités. C’est la raison pour laquelle un transitaire international est recommandé. Pour cela, Secam International est à votre disposition pour effectuer toutes activités de transitaire. Cette entreprise, située à Laval, vous propose un service de qualité grâce à ses 35 années d’expérience. Aussi, son équipe peut intervenir à Montréal, Québec et Canada.

Quelles sont les fonctions d’un transitaire international ?

Les fonctions d’un transitaire international sont nombreuses, en voici quelques-unes :

Garantir la surveillance entre les modes de transport

L’agent de transit assure l’expédition des marchandises en organisant et en coordonnant leur acheminement par le transport routier, la navigation par avion ou part la mer.

Chercher des lieux pour le transit des marchandises

Le transitaire international doit posséder des lieux de stockage ou louer des magasins à cet égard.

Améliorer les frais d’expédition

L’agent de transit va effectuer une mise en commun des colis différents dans un même acheminement.

Contacter des opérateurs afin de faire la réservation des zones de chargement

Chaque transitaire détient un carnet de contacts achalandé et choisit les meilleurs prestataires.

Négociation des frais de transport

Le transitaire international est capable de gérer un volume important de transport de marchandises. Il peut négocier les prix vis-à-vis des transporteurs.

Qu’en est-il de ses obligations ?

Le transitaire international doit se conformer au Code des Douanes de l’Union (CDU) mis en vigueur le 1er mai 2016. En effet, ce nouveau code a modernisé les procédures douanières et développé les systèmes électroniques.

Le bill of landing ou le connaissement

Le « bill of landing » est un document servant de preuve et de chargement. En effet, le transitaire et le transporteur sont liés par le contrat de transport. Aussi, ce contrat fixe la responsabilité du transporteur et la nature des marchandises. En possédant ledit contrat, l’agent de transit peut réclamer la livraison de la marchandise. Autrement dit, ce document permet au transitaire de se mettre à la place du propriétaire de la marchandise. Le transfert de ce titre se fait par endossement.

La packing list ou le colisage

Le colisage mentionne toutes les marchandises devant être acheminées. Il s’agit d’un document officiel figurant dans la liasse documentaire que l’agent de transit doit disposer. Dans ce document, le nombre de colis, les marques des produits et la nature de leur emballage sont indiqués.

Aussi, ce document est utilisé pour effectuer un traçage des marchandises, pour vérifier si elles sont bien reçues par le destinataire.

La facture commerciale

Il s’agit d’une preuve de transaction entre l’entreprise exportatrice et l’entreprise importatrice. En d’autres termes, entre le vendeur et l’acheteur. En outre, cette facture doit avoir une copie en anglais et être remise à l’acheteur, selon l’usage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation