Comme toute personne qui a vécu un divorce peut vous le dire, le processus est rarement facile. Les tensions sont vives et les couples prennent souvent de mauvaises décisions dans le feu de l’action.

Compte tenu de la montagne de détails financiers, pratiques et émotionnels qui doivent être triés, il n’est pas surprenant que de nombreux couples finissent par commettre des erreurs critiques sur la voie du divorce. Cependant, il y a un certain nombre de choses que vous devriez faire, ou plus précisément ne pas faire, pour réduire le risque de regretter vos décisions plus tard.

Ne tombez pas enceinte

Avoir un enfant pendant votre divorce complique beaucoup de choses et pourrait même entraver votre droit au divorce. Par exemple, un juge peut refuser le droit de divorcer à une femme enceinte, même si le motif évoqué est grave. Dans le cas où le mari n’est pas le père de l’enfant, la loi présume qu’il en est le père jusqu’à 300 jours après le divorce. Le juge peut refuser d’accorder le divorce quand il craint qu’aucun père n’assume la responsabilité financière de l’enfant. Bien que de nombreuses juridictions accordent désormais aux parents célibataires les mêmes droits qu’aux parents mariés, avoir un enfant lorsque vous êtes dans les limbes conjugales peut être problématique.

N’oubliez pas de changer votre testament

Le divorce ne révoque pas automatiquement un testament. Si vous voulez empêcher votre futur ex-conjoint de recevoir les sommes et les privilèges qui lui sont accordés dans votre testament, vous devez le mettre à jour. Vous pouvez refaire un testament à tout moment. Mais, si vous décédez avant d’avoir obtenu le divorce et que vous n’avez rien laissé à votre conjoint, il peut intenter une action en justice et récupérer une partie de votre succession.

Lire aussi : Comment choisir un bon avocat en droit de la famille ?

Ne pas rejetez la possibilité de divorce ou de médiation en collaboration

Dans un divorce collaboratif, vous pouvez obtenir l’aide de professionnels, d’avocats, de conseillers en divorce et de thérapeutes pour partager les biens et gérer le stress émotionnel. Certains détracteurs du divorce collaboratif estiment que les avocats, les coachs en divorce et les thérapeutes qui s’engagent dans ce genre de situation ne sont pas vraiment des experts et coûtent trop de temps et d’argent. Mais, la majorité des juridictions où le divorce est collaboratif ont déclaré que ce type de règlement est plus coopératif et moins contradictoire que le divorce traditionnel.

La médiation est différente. Un seul professionnel tiers, un médiateur en divorce, vous aide, vous et votre conjoint, à conclure une entente. La médiation est plus un processus continu qu’une intervention ponctuelle. Bien que les avocats ne soient généralement pas autorisés à participer aux séances de médiation, vous pouvez consulter un avocat à tout moment pour vous assurer d’obtenir le bon résultat.

N’ayez pas de relation trop intime avec votre avocat

Il est facile de se rapprocher de la seule personne qui est de votre côté. Mais, c’est aussi une grosse erreur si vous versez dans quelque chose d’intime. Bien qu’il n’y ait aucune loi qui interdise une relation intime entre client et avocat, cela peut compromettre vos communications et vous pourriez être accusé d’adultère pour infidélité.

Ne refusez pas de consulter un thérapeute

Consulter un thérapeute peut vous aider à surmonter l’éventail des émotions que vous éprouverez pendant un divorce. C’est une bonne idée d’obtenir de l’aide avant d’être en proie à des situations de stress et de dépression. Un thérapeute n’est pas seulement quelqu’un à qui parler. C’est également un professionnel qui peut vous montrer comment vous détendre, comment parler à vos enfants et comment rester calme au tribunal. Plus important encore, un thérapeute peut vous aider à trouver comment devenir autonome.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation