Il existe différents types de permis de séjour et de visas pour travailler en France, chacun ayant ses propres exigences.

Cependant certains documents, exemptent certaines personnes des conditions légales. Notons par exemple le CAI (Contrat d’Accueil et d’Intégration), un contrat obligatoire que les migrants doivent signer afin de faciliter leur intégration dans la société. En le signant, le gouvernement accepte d’offrir une formation et le migrant accepte d’y participer.

Voici certains visas les plus courants dans le domaine du travail actuellement :

  1. Permis pour travailleur temporaire

Il s’agit du permis de travail à terme, qui vous permet de travailler sur le sol français pendant une période n’excédant pas 18 mois.

  1. Carte bleue européenne

Il s’agit d’un permis de travail/séjour d’un à trois ans pour les travailleurs hautement qualifiés. Pour être éligible, vous devez posséder un diplôme sanctionnant trois années d’études supérieures ou cinq années d’expérience professionnelle dans un domaine spécifique.

Après 18 mois en France, vous pouvez travailler dans d’autres pays de l’UE. Au bout de 5 ans, vous êtes éligible pour la carte de séjour CE, renouvelable de 10 ans.

  1. Permis pour les employés en mission

Si vous travaillez depuis au moins trois mois dans une entreprise hors de France et que vous êtes dépêché chez l’une des entreprises de votre employeur, située en France, ou dans une autre entreprise du même groupe, vous pouvez alors demander ce permis, valable trois ans puis renouvelable.

  1. Permis pour contribution économique exceptionnelle

Les investisseurs étrangers qui apportent des sommes d’argent considérables (au moins 10 millions d’€ d’actifs identifiables ou incorporels), ou envisagent de créer plus de 50 emplois, sont éligibles pour un permis de séjour de 10 ans.

  1. Permis étudiants et diplômés

Les étudiants peuvent occuper un emploi rémunéré à temps partiel pendant leur cursus (maximum 964 heures par an). Il existe différents types de visas, en fonction du cours que vous allez suivre.

  1. Permis pour étudiants stagiaires

Vous devez être inscrit en tant qu’étudiant dans une université de votre pays d’origine et le stage doit être lié à vos études. Bien que la plupart des stages ne soient pas rémunérés, vous êtes autorisé à recevoir une petite allocation de l’employeur.

  1. Permis pour scientifique

Si vous disposez d’un diplôme de maîtrise ou plus, et que vous allez effectuer des recherches ou enseigner au niveau universitaire, vous avez alors droit à une carte de séjour temporaire (mention « spécifique »). Ceci est valable pour un an, mais peut être renouvelé annuellement pour un maximum de quatre ans.

  1. Permis saisonnier

Si vous avez un contrat saisonnier de plus de trois mois, vous avez droit à un permis de séjour valable trois ans, renouvelable une fois. Il vous permet de travailler en saisonnier pour un maximum de 6 mois sur 12. Et même si vous avez plusieurs contrats successifs, il ne faut pas que ça dépasse six mois sur un an au total.

  1. Permis au pair

Ce permis est destiné aux personnes ayant entre 17 et 30 ans et qui souhaite travailler comme au pair avec une famille d’accueil française. La famille d’accueil doit conclure un accord de placement et le faire approuver par la DIRECCTE.

Le nouveau permis « Passeport Talent »

En 2016, pour tenter d’attirer plus d’étrangers qualifiés, le gouvernement français a facilité et rationalisé l’obtention de certains permis de travail pour les ressortissants de pays non membres de l’UE, et le passeport talent en fait partie. Ce permis concerne les catégories suivantes :

  • Les diplômés récents

  • Les travailleurs hautement qualifiés (titulaires de la carte bleue européenne)

  • Les employés en mission avec un contrat de travail français

  • Les chercheurs/scientifiques

  • Les investisseurs économiques ou financiers

  • Les représentants d’entreprise

  • Les artistes/interprètes

  • Les personnes de renommée internationale ou nationale dans des domaines intellectuels

Vous vous demandez comment vivre et travailler en France ? Certaines nationalités exigent un visa de travail pour pouvoir exercer légalement. Il existe différents types de permis de travail, ainsi que des exemptions, en fonction de votre situation professionnelle.

Le permis de travail français est étroitement lié à votre statut de résident et, dans la plupart des cas, un emploi devra être sécurisé avant que vous puissiez demander un permis pour déménager en France.

Faut-il un visa pour travailler en France ?

Si vous êtes originaire de l’Union Européenne ou de la Suisse, vous êtes libre de travailler en France sans permis de travail. Si vous venez en France avec un membre de votre famille, qui détient un permis pour certains types de travail hautement qualifié, vous pourrez exercer librement.

En revanche, pour la plupart, ils devront obtenir une autorisation spécifique. Ils en auront besoin avant de pouvoir demander un visa ou un titre de séjour. C’est une procédure organisée par un employeur éventuel. Vous aurez besoin d’un employeur pour demander l’autorisation de travailler. Vous devez donc tout d’abord trouver un emploi.

Pour une durée de travail de moins de 90 jours

Si vous travaillez en France pendant moins de 90 jours, vous avez besoin de votre employeur pour obtenir un permis de travail temporaire, approuvé par le Ministère du Travail, la DIRRECTE (Direction Régionale des Entreprises, de la Concurrence et du Travail et de l’Emploi), ou par une convention d’accueil estampillée par la préfecture (cas des chercheurs et des enseignants). Cette autorisation est ensuite envoyée à l’ambassade ou au consulat de France de votre pays d’origine où vous pourrez faire une demande de visa.

Pour une durée de travail excédant 90 jours

Pour un travail qui dépasse plus de 3 mois d’exercice, vous êtes dans l’obligation de demander un visa de travail de longue durée, qui fait également office de titre de séjour. Votre employeur doit rédiger un contrat de travail et l’envoyer à la direction locale du Ministère du Travail français.

Si des membres de votre famille viennent avec vous, l’employeur devra alors entamer la procédure « d’accompagnement des membres de la famille » en même temps. Si la DIRRECTE n’approuve le contrat, il est envoyé à l’Office français de l’immigration de l’intégration (OFII).

Une fois que l’OFII aura approuvé le contrat, celui-ci sera envoyé directement à l’ambassade ou au consulat de France de votre pays d’origine, chargé de délivrer un permis de travail pour les ressortissants de pays tiers. Vous serez alors invités à prendre rendez-vous en personne à l’ambassade ou au consulat. Vous devrez apporter votre passeport, un formulaire de demande dûment rempli et tout autre document requis par le type de travail pour lequel vous postulez.

Une fois sur le territoire français, vous êtes tenu de vous inscrire auprès de l’OFII.