La dissuasion consiste à inciter un criminel potentiel à renoncer à commettre un délit par la menace d’une peine. La sanction en question doit représenter un trop grand risque pour décourager l’individu. Les résultats de recherches effectuées durant ces dernières décennies laissent croire que la dissuasion est la clef de voûte de nos codes pénaux. Voici tout ce qu’il y a d’important à savoir sur la dissuasion pénale individuelle.

Les peines, ultimes armes de dissuasion

Les institutions de justice par le biais de la loi se servent des peines pour combattre le crime. C’est pour cette raison que sans un bon avocat, un petit faux pas vous conduit directement en prison pour des années. En effet, il est prouvé que plus les peines sont sévères, plus on observe une régression des activités criminelles. Selon plusieurs études empiriques, avant de passer à l’acte les délinquants potentiels prendraient en compte la sévérité et la durée de la peine encourue. Des chercheurs en s’intéressant aux effets des taux d’incarcération sur le taux de criminalité n’ont fait que confirmer ce fait. Les peines sont donc l’ultime arme de la dissuasion pénale.

Il est impossible d’empêcher un individu de commettre un délire sans lui montrer que cela pourrait lui coûter cher. Et, de nouvelles dispositions naissent tous les jours dans les États pour appliquer des sanctions toujours plus dissuasives surtout pour les récidivistes. En Californie aux États-Unis par exemple, il existe une règle appelée « three strikes and you are out ». Elle impose des sanctions minimales très lourdes pour certaines infractions commises trois fois par le même individu. On remarque que la plupart des récidivistes concernés ne dépassent pas la limite de deux. Le sursis aussi est très dissuasif et efficace contre les cas de récidive.

La dissuasion comme méthode de prévention contre le crime

La dissuasion pénale est la seule vraie solution pour prévenir le crime. En effet, plus les institutions chargées de la sécurité améliorent leurs techniques, plus les criminels font pareil. Il est quasiment impossible de trouver une solution pour lutter contre le crime si ce n’est de dissuader. Les peines de plus en plus lourdes créent la peur chez les criminels et peuvent les forcer à abandonner. Nul n’a envie d’être puni par la loi. L’homme aime avoir sa liberté et est prêt à la préserver à tout prix. Quel que soit la sanction, peine de prison ferme, une amende ou un sursis, elle est souvent suffisante pour décourager un potentiel délinquant. L’efficacité de la dissuasion n’est plus à prouver aujourd’hui, car selon les chercheurs c’est sur elle que se basent tous les systèmes juridiques. C’est en quelque sorte la peur d’être puni qui fait que les populations suivent.

Les perceptions qu’ont les individus des risques d’être puni

Selon le criminologue Maurice Cusson, les perceptions des délinquants de leur risque d’être arrêtés les pousseraient à nier les délits qu’ils ont commis. D’après lui, ce constat confirme l’hypothèse de dissuasion selon laquelle plus un individu croit la sanction probable et moins il commet de crime. Les risques d’être pris ne deviennent apparents aux yeux de la plupart qu’après une première arrestation. Cependant, tout homme qui transgresse la loi une fois sait qu’il peut être pris à tout moment.

La dissuasion pénale est le socle du maintien de l’ordre dans les sociétés. Sous la menace de sanctions diverses, les individus sont obligés de rester dans les rangs. Il est prouvé que cette méthode marche bien. Reste à savoir si la dissuasion pénale est efficace au niveau de toutes les couches de la société.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Post Navigation