Le métier d’un avocat figure parmi les professions libérales. La représentation et la défense de ses clients devant les tribunaux sont les principales missions d’un avocat. Que ce soit des affaires civiles ou pénales, l’avocat doit exercer son travail, tout en restant fidèle à son serment, c’est-à-dire avec dignité, indépendance, humanité, conscience et honnêteté.

Quels sont les rôles d’un avocat ?

En général, les rôles d’un avocat sont au nombre de cinq, à savoir le rôle de conseil, le rôle de certification, le rôle de représentation, le rôle d’assistance et le rôle d’intermédiaire.

Rôle de conseil

L’avocat est autorisé à fournir des conseils juridiques et à établir des contrats ou des actes sous signature privée (acte sous seing privé). En cas de litige, il intervient afin de trouver une solution extrajudiciaire (à l’amiable).

Rôle de certification

L’avocat peut approuver des actes sous seing privé. Ce fait prouve que l’avocat a clairement expliqué à son ou ses clients les effets juridiques de cet acte.

Rôle de représentation

L’avocat peut accomplir au nom de ses clients, tout acte indispensable devant les divers acteurs de la justice tels que les magistrats, les huissiers, les greffiers, le notaire, le médiateur, etc.

Dans ce cas, l’avocat doit représenter son client afin d’agir en son nom et à sa place. Il a donc une double fonction : postuler et plaider.

La première fonction consiste à effectuer toutes les formalités de la procédure judiciaire au nom de son client, tandis que la seconde fonction s’agit d’une prise de parole et d’exposition de la situation de son client au tribunal.

Faire recours à un avocat est vraiment important surtout s’il s’agit d’une affaire dans le champ de la compétence du Tribunal de grande instance.

Rôle d’assistance

Afin d’assister ses clients, l’avocat peut dialoguer avec une personne en détention provisoire dans le bureau de la gendarmerie ou de la police à partir de la première heure de l’arrestation. Aussi, il peut accéder au dossier d’enquête à n’importe quel moment de la procédure. Il peut également solliciter des investigations à la juridiction d’instruction et agir à la place et au nom des personnes emprisonnées.

Rôle d’intermédiaire

L’avocat peut servir de médiateur en ce qui concerne la saisie des biens immobiliers, la vente aux enchères, etc.

Les devoirs d’un avocat

  • Devoir de loyauté : l’avocat ne peut pas représenter ou conseiller plusieurs parties qui sont dans une même affaire s’il y a un conflit d’intérêts entre elles. En outre, il n’a pas le droit de conclure une nouvelle affaire avec un nouveau client si le secret des renseignements donnés par un ancien client est susceptible d’être violé.

  • Respecter le secret professionnel

  • Refuser la participation de rédiger un acte frauduleux ou une convention illicite

  • Demander l’accord du client avant de contacter la partie adverse pour résoudre le litige à l’amiable

  • Défendre par tous les moyens les intérêts de son client

Qu’en est-il de ses honoraires ?

Ses honoraires varient selon les circonstances. Comme ils ne sont pas soumis à des règles, l’avocat lui-même fixe le coût de ses prestations.

De nombreux critères sont employés afin de déterminer lesdits honoraires. On peut citer la difficulté de l’affaire, la capacité financière du client, la réputation de l’avocat, etc.

D’autres frais appelés frais de fonctionnement tels que le frais d’ouverture de dossier, le frais de déplacement, le coût d’appel téléphonique, la photocopie s’y ajoutent.

Au commencement de la collaboration, l’avocat doit signer une convention avec son client pour déterminer et fixer ses honoraires et les autres frais mentionnés dessus.

Où trouver un avocat ?

Vous pouvez contacter Maître Karine Tilly afin de fixer un rendez-vous. Cette avocate vous aidera pour défendre vos intérêts ainsi que vos droits. Aussi, elle se charge du droit des personnes à Evry et Brunoy.

Un bon avocat est celui qui assume efficacement la responsabilité du cas de son client. Travailler en tant qu’avocat implique l’application pratique de théories juridiques abstraites et de connaissances pour résoudre un problème spécifique. Tout dépend de la façon dont vous appréhendez chaque prestation.

Les qualités d’un bon avocat

Que faut-il pour réussir dans la profession juridique ? Comme on dit, la pratique rend un homme parfait, mais pas seulement ! Alors, voici quelques qualités que vous devriez considérer pour devenir un grand avocat :

      • Compétences analytiques

Pour être un bon avocat, vous devez développer une compétence analytique et une bonne capacité d’assimilation.

L’étude et la pratique du droit impliquent la collecte de nombreuses informations. Parfois, il existe plus d’une conclusion raisonnable pour résoudre les problèmes. Un avocat doit avoir les compétences nécessaires pour déterminer quelle est la solution la mieux adaptée à une situation donnée.

      • Créativité

Les bons avocats ne sont pas seulement logiques et analytiques, ils font également preuve de beaucoup de créativité pour résoudre les problèmes.

L’esprit de créativité incite un avocat à penser à une solution ingénieuse et raisonnable lorsqu’un problème se pose.

      • Compétence de recherche

Pour devenir un bon avocat, vous devez avoir d’excellentes compétences en recherche afin de pouvoir rassembler des informations importantes. C’est ainsi que vous parviendrez facilement à préparer vos stratégies juridiques.

      • Compétences interpersonnelles

Un bon avocat doit posséder d’excellentes compétences interpersonnelles et la capacité de développer de bonnes relations avec toutes les personnes avec lesquelles il travaille.

L’avocat doit renforcer les relations mutuelles afin de cultiver la solidarité entre experts et professionnels œuvrant dans le domaine juridique.

Vous êtes à la recherche d’un bon avocat famille à Aix-en-Provence ? Contactez le cabinet EVOL’JURIS et bénéficiez d’un accompagnement fiable et professionnel.

      • Capacité de réflexion logique

Il est nécessaire de penser d’une manière logique, mais aussi de formuler des jugements et des hypothèses raisonnables sur la base des informations actuelles.

L’avocat ne doit pas voir la partie adverse comme un ennemi. Ainsi, la relation entre l’avocat et la partie adverse doit être saine et professionnelle. Néanmoins, cela ne devrait pas affecter la représentation de son client.

      • Persévérance

De nombreuses heures de travail sont nécessaires dans la plupart des cas, avec des travaux de recherche et de rédaction conséquentes.

Vous souhaitez devenir un bon avocat ? Soyez appliqué et accomplissez votre travail avec toute votre volonté. Vous devez avoir la persévérance nécessaire pour mener à bien vos missions.

      • Compétences de prise de parole en public

Un bon avocat est une personne qui a une élocution irréprochable. Il devrait avoir de grandes compétences en communication écrite et doit être un bon auditeur. Pour pouvoir plaider devant le tribunal, de bonnes aptitudes à parler en public sont obligatoires.

Vous pouvez développer vos compétences en communication et en expression orale au cours de vos études. Pour ce faire, prenez part à des débats fictifs et à d’autres interventions orales.

      • Capacité de jugement

Il faut avoir la capacité de tirer des hypothèses raisonnables et logiques. Vous devez pouvoir examiner les jugements de manière critique afin de prévoir la zone de faiblesse de votre argument.

Vous devez être capable de repérer des points faibles dans un argument d’opposition.

      • Soins aux clients

Lorsque le client est en difficulté ou qu’il est incapable de verser une rémunération complète à l’avocat, cela ne devrait pas affecter la prestation des services juridiques, car sa vocation est traditionnelle et honorable.

Les avocats qui réussissent sont ceux qui traitent les clients avec le plus haut degré de professionnalisme et de courtoisie. Un client n’est peut-être pas au courant des aspects juridiques, mais il peut certainement identifier le mauvais comportement, l’ignorance, un manque de réactivité, des délais non respectés et, bien sûr, des factures plus élevées que prévu.

Par exemple, les experts du cabinet EVOL’JURIS garantissent une prise en main efficace et personnalisée des dossiers judiciaires de leurs clients.

Un avocat est une personne qualifiée, chargée de préparer une documentation juridique, de représenter et/ou de défendre les intérêts d’un client et de fournir des conseils spécialisés dans divers domaines du droit.

Un avocat est susceptible d’agir directement pour divers clients : personne physique, entreprise, organisation, etc.

Le travail d’un avocat se divise principalement en deux grandes catégories :

  • Le travail juridique en contentieux

Il s’agit essentiellement de résoudre des différents entre deux ou plusieurs parties, dans le cadre d’une cour ou d’un tribunal, ou bien, par le biais de « résolutions alternatives de conflits », tels que l’arbitrage ou la médiation.

  • Le travail hors contentieux

Ce type d’intervention a pour but de répondre aux besoins personnels ou professionnels d’un client, d’un point de vue juridique.

Les cas les plus courants concernent notamment :

– Les achats et les ventes de biens

– Les transactions commerciales

– La fusion d’entreprises

– Les conseils en développement commercial…

À quoi ressemble le quotidien d’un avocat ?

Le quotidien de travail d’un avocat consiste généralement à :

  • Recevoir des clients et s’entretenir sur leur cas
  • Fournir des conseils adaptés au domaine du droit concerné
  • Rédiger des documents à caractère juridique
  • Négocier les intérêts du client
  • Rechercher et interpréter les domaines de droit mis en cause
  • Comparaître au tribunal et parler à la place du client…

Comment les avocats sont-ils employés ?

  • Dans les cabinets

La plupart des avocats commenceront leur carrière dans un cabinet privé. Cela implique une formation et une qualification en tant que stagiaire et aspirant, puis une spécialisation dans un domaine du droit.

  • En interne

Cela signifie être employé à exercer le droit dans un cadre commercial. De nombreuses organisations disposent d’un service juridique interne. Mais la plupart du temps, les avocats débutent en tant que stagiaires dans un cabinet avant d’intégrer une entreprise en « interne », une fois qu’ils ont acquis l’expérience spécifique du secteur.

Pour être un bon avocat

La meilleure façon d’y arriver est d’acquérir de l’expérience. Cela vous donnera une idée précise s’il s’agit d’un métier que vous aimeriez exercer et où vous pourriez exceller. De plus, les cabinets offrent de nombreuses opportunités, principalement pour les étudiants de premier cycle, de faire l’expérience de la vie des cabinets d’avocats (stages, portes ouvertes, alternances…).

Qu’en est-il du salaire ?

Le salaire que perçoit un avocat dépend de plusieurs critères :

– Le domaine de pratique choisi

– Le secteur de travail (cabinet, entreprise ou travaillant seul)

– La taille et l’emplacement de la firme

Cependant, gardez à l’esprit que le niveau d’expérience joue en votre faveur pendant la négociation du salaire. Faites comprendre à votre employeur qu’il a plus besoin de vos compétences que vous du poste.

Le métier d’avocat paraît si passionnant que les pratiquants semblent avoir pratiquement élu domicile leur bureau. Pourtant, en approfondissant un peu plus, on peut constater qu’il y a souvent de nombreux d’avocats, qui travaillent en solo, et semblent avoir perdu leur motivation à cause de la fatigue et de la routine. Ce qui à la longue, va faire complètement changer leur vision du métier, qui va devenir petit à petit une corvée.

Personne n’en est à l’abri, il faut donc faire attention à ne pas tomber dans une dépression préjudiciable au cours de la carrière.

Nous allons voir les principales causes qui engendrent le burn-out chez certains collègues :

  • Le travail

Être avocat est par nature stressant. Les enjeux sont importants puisque les intérêts de nos clients, de leur famille ou de leurs biens sont en jeu. De plus, les personnes qui exercent le métier sont généralement des intellectuels qui ont tendance à se mettre la pression dans la quête de la perfection.

  • Le stress et l’anxiété

Surtout pour les avocats travaillant seul, le stress et l’anxiété constituent leur quotidien. Équilibrer la gestion d’un cabinet avec la pratique du droit, et gérer d’autres obligations vitales pousse considérablement à la naissance du stress. Sans pour autant parler de la préoccupation constante, même en dehors du bureau.

  • La compassion

Lorsque vous travaillez dans le domaine du droit, vous êtes amené à écouter les problèmes des autres et les aider à les résoudre. Une compassion systématique qui va, à long terme, fatiguer votre esprit et votre corps, car vous aurez tendance à vous projeter dans la situation de votre client.

  • La gestion du temps et des moyens

Pour les avocats qui travaillent seuls, ils ont beaucoup de travail à faire mais pas beaucoup de temps pour tout faire. Ce qui va entraîner une mauvaise planification des tâches et des résultats médiocres. Même dans les grands cabinets, le mauvais agencement de moyens (délégation de pouvoir…) peut provoquer des conséquences néfastes pour la personne responsable.

Comment éviter le burn-out ?

La vraie solution au burn-out doit être un travail individuel concentré sur les habitudes de la personne concernée. Les conseils les plus populaires pour éviter l’épuisement professionnel sont : le fait de savoir déléguer efficacement, de gérer intelligemment son temps et de prendre régulièrement des vacances en étant complètement débranché du monde du travail.

La grande majorité des avocats, titulaires des accréditations légales en France, travaille en pratique privée. On dit des avocats qu’ils travaillent en cabinet privé lorsqu’ils font partie d’une entreprise comptant deux compères ou plus, ou lorsqu’ils exercent seuls.

Les avocats au sein d’un cabinet peuvent travailler en tant que partenaires, partageant les bénéfices et les risques de l’entreprise, ou en tant qu’associés-avocats quand le cabinet n’a pas encore obtenu le statut de société en nom collectif.

Les cabinets d’avocats emploient également de nombreux autres professionnels juridiques, y compris les secrétaires juridiques, les auxiliaires juridiques, les professionnels du soutien juridique, les administrateurs, les commis aux dossiers, les conseillers juridiques, etc.

Domaines de compétences

Les avocats en pratique privée interviennent dans plusieurs domaines du droit à la fois. Cependant, beaucoup d’entre eux préfèrent se concentrer sur un domaine particulier. Les professionnels du droit, employés dans les grands cabinets, se spécialisent généralement dans un ou plusieurs domaines spécifiques.

Les spécialités juridiques les plus courantes sont :

  • Droit fiscal

  • Droit pénal

  • Droit commercial

  • Droit de la famille

  • Droit du travail

  • Responsabilité du fait des produits

  • Droit immobilier

  • Loi sur la propriété intellectuelle…

Mode de vie dans les cabinets privés

Dans certains cas, les contraintes de temps imposées aux professionnels des cabinets d’avocats, réduisent leur liberté de vivre à l’extérieur du travail.

Ces professionnels sont chargés de la tâche onéreuse, qui consiste à compter chaque minute de leur temps de travail afin que le cabinet puisse les facturer aux clients.

Ainsi, les cabinets imposent souvent des heures de facturation élevées aux associés, aux employés ; ce qui fait de l’emploi auprès des cabinets d’avocats, l’un des environnements de pratique juridique les plus exigeants.

Ce temps peut être facturé aux clients sur une base périodique, mais il est le plus souvent imputé aux honoraires payés par les clients et qui sont retenus par le cabinet.

Les cabinets d’avocats sont connus pour exiger de leurs employés de longues heures de travail afin d’augmenter leurs revenus. Mais même si les cabinets ont généralement des semaines de travail de 45 à 60 heures, chacun a sa propre culture et ses propres exigences de travail.

Travailler dans un cabinet d’avocats possède ses propres avantages et défis. De plus, il existe des différences significatives entre une petite entreprise et une grande firme.

L’essentiel, c’est d’avoir de l’ambition et de mettre tous les moyens pour y parvenir.

La mission d’un avocat en droit fiscal est basée sur le conseil et la représentation de son client. Qu’il soit affilié à un cabinet spécialisé ou qu’il travaille pour son propre compte, cet expert apporte son soutien aux professionnels et aux entreprises dans le domaine juridique, contentieux et fiscal.

Il les aide à respecter les règles fiscales et à les appliquer de manière à réduire leurs dépenses en matière d’impôt, et également à optimiser leur situation. Ses compétences sont également mises à contribution en matière de fusion, de restructuration ou de création de société.

Les détails de la fonction

L’avocat fiscaliste conseille son client dans tous les domaines de la législation fiscale au jour le jour. Il surveille les évolutions législatives et conseille son client quant à l’impact potentiel des lois en cours sur ses activités et ses finances personnelles. Souvent, il est amené à collaborer avec les avocats et les responsables juridiques de l’entreprise.

L’avocat fiscaliste peut comparaître devant les autorités fiscales, étatiques ou locales. Il est considéré comme ayant droit à la représentation « illimitée » de son client, ce qui signifie qu’il n’a pas nécessairement à préparer une procuration pour comparaître au nom de quelqu’un.

Des compétences multiples

La législation fiscale est un vaste domaine qui englobe un certain nombre de spécialités, telles que l’impôt général de sociétés, la rémunération des dirigeants, les litiges fiscaux, la planification fiscale, les organisations exemptées ou encore, les finances municipales.

On dénombre certains avocats qui possèdent des compétences pluridisciplinaires dans le domaine du droit fiscal. Ils présentent l’avantage d’être polyvalent dans leur métier.

Cas spécifique du droit de la succession

Certains avocats fiscalistes travaillent exclusivement dans le droit successoral. Ce domaine du droit requiert une attention spécifique à cause des législations strictes et spéciales qui le régit. Une bonne compréhension de la législation fiscale est nécessaire pour naviguer dans le vaste labyrinthe, composé de diverses fiducies et d’outils de planification successorale.

Cela permettra d’éviter ou d’atténuer certaines obligations susceptibles de faire dérailler une entreprise familiale ou de déshériter ceux qui en ont droit.

Des connaissances mises à jour

La fiscalité est un domaine en constante évolution. Les changements régulièrement opérés ont un impact direct sur la vie des entreprises soumises aux réglementations fiscales.

Ainsi, pour réussir, l’avocat fiscaliste doit posséder de très solides compétences dans son domaine, mais également en matière de gestion. Des connaissances qu’il doit veiller à constamment renouveler en fonction des évolutions des textes de loi.