Les textes juridiques sont devenus monnaie courante au sein de la société actuelle. En effet, ils se retrouvent un peu partout. Contrairement à ce que pensent certaines personnes, les textes juridiques ne se rédigent pas n’importe comment. En effet, ils se rédigent en suivant certaines règles. Vous envisagez écrire un texte juridique et vous ne savez pas comment vous y prendre, vous êtes au bon endroit. Découvrez dans cet article les 3 bonnes pratiques pour un texte juridique.

Mettre un accent particulier sur la grammaire

Ecrire vous-même un texte juridique peut devenir un vrai casse-tête. C’est pour cette raison qu’il est recommandé de faire appel à un juriste comme Juridom à Paris. Cette alternative vous évitera toutes les tracasseries. Cependant, si vous estimez avoir toutes les capacités nécessaires pour le faire, il vous faudra faire attention à la grammaire. La grammaire est très importante dans le secteur juridique.

L’expression « faire attention à la grammaire » regroupe un grand nombre de choses. Par exemple, lors de la rédaction d’un texte juridique, il faut bien choisir le ton et le langage à utiliser. Ce sont des facteurs très importants. Il est recommandé d’utiliser dans votre texte juridique, le présent de l’indicatif comme temps de conjugaison. En effet, c’est l’équivalent de l’impératif en droit.

Dans un texte juridique, il est recommandé de ne pas utiliser des termes en langues étrangères et les anglicismes. En effet, ils ont pour conséquence de créer des incompréhensions au niveau des lecteurs. Toujours au niveau des lecteurs, ils peuvent créer des quiproquos. Il vaut donc mieux s’abstenir de les utiliser.

Dans certains cas où l’utilisation des termes précédemment énoncés est inévitable. Dans ces cas de figure, vous pouvez les utiliser. Cependant, il faudra vous assurer qu’ils sont mis en italique. Cela permet de les différencier. Pendant la rédaction d’un texte juridique, vous devez avoir à l’esprit qu’en droit, certains mots sont automatiquement mis en majuscule. Il s’agit entre autres :

  • des noms de villes ;
  • des noms des instances étatiques ; etc.

Utiliser exclusivement le langage juridique lors de la rédaction de votre texte

Vous aurez pu constater par vous-même que le langage juridique se différencie de celui courant. Nonobstant le fait que ces deux langages utilisent parfois les mêmes mots, il existe une différence entre eux. En effet, il se dit couramment « annulation de vente ». Dans le langage juridique, il sera question de « résiliation de vente ». Les exemples de différenciation sont légion.

Compte tenu du cadre de votre texte, vous devez opter pour le langage juridique. Pour ce faire, il vous faudra éviter à tout prix les formulations et tournures toutes faites. En effet, elles sont pourvues d’un sens vide. Le texte juridique a pour vocation de fournir des informations de manière claire, précise et concise. Toutes les expressions que vous utiliserez doivent suivre cette ligne éditoriale.

Citer ses sources lors de la rédaction de votre texte juridique

Vous savez sans nul doute que le secteur judiciaire fonctionne preuve à l’appui. C’est pour cette raison qu’il est recommandé de citer vos sources lors de la rédaction d’un texte juridique. En effet, les sources rendront un tant soit peu plus crédible votre texte.

Il est important que vous vous assuriez que dans votre texte juridique, vos sources sont bien hiérarchisées. C’est un détail très important. Pour faire cette hiérarchisation, vous devez privilégier les sources juridiques. Celles non juridiques passeront au second plan.

En résumé, il faut retenir que pour écrire un texte juridique, il faut suivre un certain nombre de règles. En effet, il faut mettre un accent particulier sur la grammaire, utiliser le langage juridique, citer ses sources, etc. N’oubliez pas de relire votre texte.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Post Navigation