Plusieurs aspects de la vie quotidienne peuvent vous amener un jour ou l’autre à devoir contacter un avocat. Vous pourrez, par exemple, avoir besoin de l’un d’entre eux pour vous aider en cas de litige, au cours d’un divorce, en cas d’accident de voiture, etc. Toutefois, face à la multitude de cabinets qui ouvrent leurs portes, il est parfois difficile de choisir le professionnel idéal. D’autant plus, que la plupart d’entre eux exercent parfois illicitement. Alors, pour ne pas tomber dans l’arnaque, voici des points auxquels vous devez faire très attention.

Les critères dont doivent disposer un avocat

1) Le domaine de compétence

Bien qu’il existe des avocats généralistes, sachez qu’un bon avocat doit en premier lieu intervenir dans un domaine précis. En effet, plus il se spécialise dans une discipline, plus il saura maîtriser le cas que vous lui soumettrez. Voilà pourquoi, seule une personne ayant fait des études sur le droit familial est apte à guider deux époux au cours d’un divorce et seule une personne se spécialisant dans le droit rural peut guider un agriculteur pour le partage ou la revente de ses terres agricoles.

2) La capacité d’écoute et de réaction

Avant de vous présenter les démarches à suivre et vous amener vers une solution, votre avocat doit savoir vous écouter. Même s’il a déjà traité des tas de dossiers ressemblant au vôtre, il ne doit pas faire preuve d’impatiente, ni être guindé. Il doit également vous expliquer toutes les démarches juridiques auxquelles vous devrez faire face ainsi que l’ensemble des lois et clauses en rapport à votre cas. Enfin, quelle que soit l’affaire que vous lui soumettrez, il doit tout faire pour vous aider à obtenir gain de cause. Évitez de choisir un avocat qui ne vous inspire pas confiance.

3) La réputation

Un avocat compétent est apprécié de ses clients, de plus, il est craint par ses confrères. Sa réputation se forge grâce aux nombres de cas qu’il remporte et se fait surtout à partir du bouche à oreille. Toutefois, certains maîtres développent plus leurs notoriétés sur internet. C’est le cas de l’avocat Nicolas STOFFEL. Il délivre des conseils avisés aux agriculteurs. En effet, il a suivi de longues études en droit rural. N’hésitez pas à venir le rencontrer dans son cabinet d’étude qui se trouve à Nancy. Il saura vous porter assistance et aide.

Les autres caractéristiques à prendre en compte pour le choix d’un avocat

– La proximité

Jusqu’à ce que le juge décide de prononcer sa sentence sur votre cas, vous serez amené à côtoyer votre avocat assez souvent. Voilà pourquoi, pour vous éviter toutes dépenses supplémentaires, le plus judicieux est d’en contacter un se trouvant à proximité de chez vous.

– La disponibilité

À cause de l’anxiété ou tout simplement pour avoir l’esprit tranquille, certaines personnes ressentent le besoin de parler et de discuter tout le temps avec leur avocat. Or, certains maîtres ne sont pas disponibles tout le temps et préfèrent simplement envoyer leur compte rendu par mail ou par sms. Voilà pourquoi, pour éviter tout conflit ultérieur, n’oubliez pas de vous renseigner auprès de votre avocat sur sa disponibilité et ses méthodes de travail.

Comment calculer les honoraires de l’avocat ?

En principe, le tarif des prestations des avocats est totalement libre et n’est pas défini par l’État. Ainsi, chacun définit ses propres tarifs en fonction de son volume horaire. En général, si vous souhaitez consulter un avocat et que vous allez dans son cabinet, prévoyez un budget compris entre 50 et 150 euros. De plus, une fois que vous avez décidé de confier votre cas à un cabinet, le tarif est alors comptabilisé par heure à laquelle s’ajoute le prix du déplacement.

Enfin, sachez qu’un avocat compétent et expérimenté, vous fera part de ses honoraires dès le premier rendez-vous afin que vous puissiez prévoir le budget final.

Même pour faire un divorce à l’amiable, il est obligatoire de prendre un avocat. En effet, c’est le seul à disposer des compétences nécessaires pour assister et accompagner les anciens époux durant l’ensemble du processus de séparation. Il sert d’intermédiaire pour faciliter la communication entre eux.

Pourquoi faire appel à un avocat ?

L’avocat : le guide

Le rôle premier de l’avocat est de guider les conjoints quant aux démarches administratives à suivre pour se séparer. Il doit aussi leur faire part de toutes les conséquences et les incidences de faire un divorce tant sur le plan familial, mais également sur le plan matériel. Il n’est nullement habilité à faire part de son point de vue sur la situation.

L’avocat : le rédacteur du contrat de divorce

Lorsque deux époux divorcent, ils sont tenus de définir conjointement les modalités et les conditions de leurs divorces tels que le partage des biens, le droit de chacun, la garde des enfants. Ce contrat est primordial car il englobe tous les accords (à l’amiable ou non) formulés par les anciens conjoints. Pour être valable aux yeux de la loi, il doit être rédigé par un avocat ou en sa présence.

L’avocat : le garant du respect de chaque démarche

Une fois que la convention a été rédigée, l’avocat doit le relire pour pouvoir s’assurer qu’il est conforme, surtout sur le plan juridique. Il envoie une copie à chacun des époux afin de leur laisser le temps de vérifier le contenu et leur laisser un délai de réflexion d’au minimum 15 jours. Il leur fait, ensuite, signer l’accord définitif.

L’avocat : l’intermédiaire avec le juge

Une fois le contrat signé, l’avocat est dans l’obligation de le présenter aux juges traitant des affaires familiales pour validation.

Le droit des enfants en cas de divorce

En cas de divorce, un enfant de 6 ans a parfaitement le droit d’être entendu par le juge. C’est à l’avocat de l’aider à se faire entendre en l’aidant, notamment, à rédiger la lettre d’audition qui sera présentée aux juges. Il recueille également son témoignage et ses souhaits pour pouvoir les présenter aux juges si l’enfant est intimidé.

Les différentes sortes de divorce

Deux personnes qui divorcent peuvent le faire de deux manières différentes :

. en faisant un divorce à l’amiable

Au cours d’un divorce à l’amiable, les deux époux se séparent d’un commun accord et sans bagarre. Pour ce type de séparation, les procédures sont plus faciles que ce soit le choix de l’avocat, le choix des clauses contenues dans le contrat de séparation et la communication avec le juge.

. en faisant un divorce avec contentieux

Lorsque les époux divorcent après une altercation, ou que l’une des deux parties à commis une faute grave et que l’autre souhaite rompre le mariage, alors il s’agit d’un divorce avec contentieux.

Les divorces avec contentieux sont souvent longs, car les époux n’arrivent pas à trouver d’accord commun. Ils peuvent aussi revenir assez chers, car les deux parties peuvent exiger de faire valoir leur droit en engageant des avocats différents.

Est-il possible de se séparer sans passer devant le juge ?

Depuis 2017, une loi permet à deux époux de se séparer sans avoir à passer devant le juge. Toutefois, cette loi n’est active que pour les divorces à l’amiable. De plus, chacun des deux parties doit disposer d’un avocat pour pouvoir présenter son cas devant le notaire.

Où trouver le contact d’un avocat compétent ?

Vous trouverez le contact de plusieurs avocats compétents dans l’annuaire et sur internet. L’avocate Barlaguet Annie est l’une d’entre elles. Elle est inscrite au bureau de l’Essonne et exerce sa profession à Brunoy. Elle peut vous assister dans toutes vos démarches juridiques et judiciaires notamment dans les affaires de divorce et toutes les autres formes de litiges.

Le droit objectif regroupe les règles de conduites, qui encadrent les relations entre les personnes. Plusieurs codes forment ces règles comme le code de la route, le code civil, etc.

Le droit subjectif concède des privilèges aux individus, dans leurs relations entre eux. Cela englobe le droit de propriété, le droit de vote, etc.

La vie en société, exige la mise en place d’une réglementation commune, applicable à toute personne vivant dans ce milieu. Tout transgresseur, encourt des sanctions.

  1. LES SUBDIVISIONS DU DROIT

Le droit privé encadre les relations entre les individus, entre eux ou, avec les institutions privées comme les associations, etc.

Le droit public organise les rapports de l’État et de ses démembrements, avec les particuliers. Le droit pénal, le droit fiscal, le droit constitutionnel, etc en sont des exemples.

Le droit interne ou droit national, est le droit applicable dans un État.

Le droit international définit les relations légales entre les pays.

  1. LE DROIT DE LA PERSONNE

 

  1. Acte de naissance

Immédiatement après la naissance de votre enfant, présentez le carnet signé par la sage-femme à la Mairie. . Le préposé enregistrera votre déclaration et délivrera un document d’état civil de votre enfant.

 

  1. Le certificat de décès.

A la mort d’une personne, déclarez à la Mairie, le certificat de décès signé par le médecin, ayant constaté la mort. La municipalité délivrera l’acte légal correspondant, et raye son nom du registre des habitants.

 

  1. Rédaction de testament

Ce document renferme vos dernières volontés, pour la répartition de vos biens, après votre disparition. Désignez vous-même votre liquidateur de biens. Ainsi, vous mettez vos enfants à l’abri.

 

  1. Union civile et mariage

C’est un contrat qui régit la vie commune des mariés, en termes légaux. Il définitessentiellement, la répartition des biens et la garde des enfants,après un divorce.

 

  1. Mandat d’inaptitude

En prévision des situations d’incapacité physique ou morale, désignez vous-même, la personne qui gèrera vos biens et celle qui s’occupera également de vos soins.

 

  1. TESTAMENT ET SUCCESSION

Le testament est une déclaration écrite, rédigée par un individu, pendant sa vie. Il y consigne la répartition de ses biens, entre ses héritiers.

 

  1. LES DIFFERENTS TESTAMENTS

Ils diffèrent, suivant la manière qui convient au testeur.

  • Rédigez vous-même votre testament olographe, suivant vos propres termes. Après votre signature, confiez-lr à un notaire.
  • Pour assurer l’authenticité de votre testament, engagez un juriste pour la rédaction. Toutefois, choisissez vous-même les termes et clauses. Après la rédaction, signez-le devant des témoins.
  • Le testament mystiqueest une autre variante. Faites la rédaction et la signature de votre document. Après toutes les démarches nécessaires, , appelez deux personnes, pour témoigner de sa garde chez un juriste.

 

  1. CONTESTER UN TESTAMENT

Le testament a une valeur inestimable, car il exprime les dernières volontés du défunt. Toutefois, certains héritiers se sentent lésés. Ils peuvent entamer une action en justice, car il est possible de contester la validité d’un testament.

Le testament peut engendrer des conflits, à cause des circonstances de rédaction, que des héritiers estiment douteuses. Sachez que le testament authentique, est le plus difficile à contester.

 

La réserve héréditaire

La liberté de disposer de ses biens, est encadrée par la loi. Même devant un testament, la loi protège les héritiers réservataires. Ce sont ceux qui ne peuvent pas être déshérités.

Au cas où le défunt lègue la totalité de ses biens à un tiers, une partie reste obligatoirement aux mains des héritiers réservataires. C’est la réserve héréditaire.

Le reste du patrimoine, correspond à la quotité disponible.

IKOS AVOCATS, est un cabinet d’avocat généraliste. Il est implanté au 20, Rue Albert Thomas – 94500- Champigny sur Marne et au 54, Avenue Général Michel Bizot – 75012- Paris. Il est spécialisé en droit de la famille et droit pénal. Il s’occupe également du droit locatif et même du divorce. Il intervient dans toutes les juridictions de France, jusqu’à la Cour d’Appel de Paris.

Un avocat est un spécialiste à votre disposition en cas de difficulté dans un cadre juridique. Ils peuvent vous assister dans beaucoup de situations. Ils donnent des conseils et protègent vos intérêts au niveau du tribunal et dans votre contrat.

Ils jouent le rôle de conseiller juridique

Avoir un avocat est devenue nécessaire pour faire face aux innombrables règles de droit. Ils vous informent sur les règles en vigueur et les attitudes à adopter. En tant que conseillers, ils maitrisent beaucoup de matière de droit. Ils vous informeront de l’évolution de la législation. Ils sont au courant des règlements et des procédures à suivre pour votre problème. La plupart des avocats exercent dans le droit de la famille et le droit des affaires. Ces deux branches sont très importantes pour les particuliers et les professionnels.

Ils vous conseilleront dans toutes les étapes de la vie, mariage et régime matrimonial, commerce, immobilier, succession, divorce, impôt, etc. Ils peuvent donner des conseils sur les recours en cas de préjudice. En cas d’inexécution de contrat dont vous êtes le bénéficiaire par exemple, il peut vous conseiller pour forcer l’exécution. (Mis en demeure, assignation, recours) Vous pouvez aussi appeler un avocat en cas d’atteinte corporelle pour demander une indemnisation et réparation.

Si vous êtes dans les affaires, il peut vous conseiller sur le choix et la forme de société qui convienne à votre activité. Il peut être appelé dans la création d’entreprises, dissolution et même en cours de fonctionnement ou modification. L’avocat peut aider dans les rédactions d’acte de commerce ou contrat.

Défenseur de droit devant le juge

En cas de litige devant le tribunal, l’avocat vous représente et vous défend. L‘avocate Claire Bourreau propose ce service. Elle peut plaider en votre nom et pour votre compte. Comme tout avocat, elle défend ses clients à tous les stades de procédure. En plus, elle effectue les démarches administratives pour la saisine, la rédaction de conclusion, plaidoirie et recours.

Les avocats peuvent vous défendre devant tous les juges du droit commun. On entend par droit commun, les juridictions judiciaires. Elles sont composées par les tribunaux de première instance (tribunal civil), le tribunal de commerce, prud’homme pour le droit du travail… Les avocats interviennent aussi dans les juridictions pénales. Il vous assiste dans les interrogatoires, pendant la garde à vue et devant le juge pénal. Son rôle consiste à éviter la prison à son client. Si ce n’est pas possible, il fait tout pour alléger les peines.

Ils interviennent devant d’autres organismes. C’est le cas pour les conseils de discipline dans les commissions d’indemnisation de victime ou organisme statuant sur les étrangers (ministère de l’Intérieur, ambassade). Là encore, le but est de défendre le droit du client sur sa situation juridique. C’est le cas par exemple d’un réfugié ou d’un étranger qui risque d’être expulsé.

Ils peuvent aussi représenter ses clients dans le tribunal arbitral. C’est une juridiction spéciale choisie par les parties au contrat. Son fonctionnement ressemble à celui des tribunaux normaux. Il y a procédure contradictoire, c’est-à-dire, chaque partie expose ses conclusions. Les juges décident à partir des informations fournies par les avocats des parties. On le rencontre très souvent dans le droit commercial et le droit international.

Ils agissent pour votre compte

Les avocats en droit commercial et en droit des affaires sont des négociateurs. Ils peuvent faire des négociations en votre nom. Ils peuvent négocier sur les recouvrements de créance, sur l’achat d’un bien ou de valeur mobilière. Ils peuvent aussi se charger de certaines formalités devant diverses institutions. L’avocat peut intervenir auprès des banques pour les crédits et les souscriptions de prêts. Ils sont appelés pour gérer les patrimoines ou les portefeuilles des clients. Les spécialistes en droit bancaire peuvent conseiller en matière de chèque, de lettre de change et les comptes courants avec la banque. N’oubliez pas, les avocats vous facilitent la vie avec les services devant les administrations. Vous n’avez plus besoin de vous déplacer pour accomplir les formalités.

Le métier d’un avocat figure parmi les professions libérales. La représentation et la défense de ses clients devant les tribunaux sont les principales missions d’un avocat. Que ce soit des affaires civiles ou pénales, l’avocat doit exercer son travail, tout en restant fidèle à son serment, c’est-à-dire avec dignité, indépendance, humanité, conscience et honnêteté.

Quels sont les rôles d’un avocat ?

En général, les rôles d’un avocat sont au nombre de cinq, à savoir le rôle de conseil, le rôle de certification, le rôle de représentation, le rôle d’assistance et le rôle d’intermédiaire.

Rôle de conseil

L’avocat est autorisé à fournir des conseils juridiques et à établir des contrats ou des actes sous signature privée (acte sous seing privé). En cas de litige, il intervient afin de trouver une solution extrajudiciaire (à l’amiable).

Rôle de certification

L’avocat peut approuver des actes sous seing privé. Ce fait prouve que l’avocat a clairement expliqué à son ou ses clients les effets juridiques de cet acte.

Rôle de représentation

L’avocat peut accomplir au nom de ses clients, tout acte indispensable devant les divers acteurs de la justice tels que les magistrats, les huissiers, les greffiers, le notaire, le médiateur, etc.

Dans ce cas, l’avocat doit représenter son client afin d’agir en son nom et à sa place. Il a donc une double fonction : postuler et plaider.

La première fonction consiste à effectuer toutes les formalités de la procédure judiciaire au nom de son client, tandis que la seconde fonction s’agit d’une prise de parole et d’exposition de la situation de son client au tribunal.

Faire recours à un avocat est vraiment important surtout s’il s’agit d’une affaire dans le champ de la compétence du Tribunal de grande instance.

Rôle d’assistance

Afin d’assister ses clients, l’avocat peut dialoguer avec une personne en détention provisoire dans le bureau de la gendarmerie ou de la police à partir de la première heure de l’arrestation. Aussi, il peut accéder au dossier d’enquête à n’importe quel moment de la procédure. Il peut également solliciter des investigations à la juridiction d’instruction et agir à la place et au nom des personnes emprisonnées.

Rôle d’intermédiaire

L’avocat peut servir de médiateur en ce qui concerne la saisie des biens immobiliers, la vente aux enchères, etc.

Les devoirs d’un avocat

  • Devoir de loyauté : l’avocat ne peut pas représenter ou conseiller plusieurs parties qui sont dans une même affaire s’il y a un conflit d’intérêts entre elles. En outre, il n’a pas le droit de conclure une nouvelle affaire avec un nouveau client si le secret des renseignements donnés par un ancien client est susceptible d’être violé.

  • Respecter le secret professionnel

  • Refuser la participation de rédiger un acte frauduleux ou une convention illicite

  • Demander l’accord du client avant de contacter la partie adverse pour résoudre le litige à l’amiable

  • Défendre par tous les moyens les intérêts de son client

Qu’en est-il de ses honoraires ?

Ses honoraires varient selon les circonstances. Comme ils ne sont pas soumis à des règles, l’avocat lui-même fixe le coût de ses prestations.

De nombreux critères sont employés afin de déterminer lesdits honoraires. On peut citer la difficulté de l’affaire, la capacité financière du client, la réputation de l’avocat, etc.

D’autres frais appelés frais de fonctionnement tels que le frais d’ouverture de dossier, le frais de déplacement, le coût d’appel téléphonique, la photocopie s’y ajoutent.

Au commencement de la collaboration, l’avocat doit signer une convention avec son client pour déterminer et fixer ses honoraires et les autres frais mentionnés dessus.

Où trouver un avocat ?

Vous pouvez contacter Maître Karine Tilly afin de fixer un rendez-vous. Cette avocate vous aidera pour défendre vos intérêts ainsi que vos droits. Aussi, elle se charge du droit des personnes à Evry et Brunoy.

Le droit de la famille est un domaine du droit, qui régit toutes les questions relatives à la famille et aux relations domestiques. Le mariage, les unions civiles, les partenariats domestiques, ainsi que les questions d’adoption, de garde, de pension alimentaire pour enfant, de maltraitance et d’enlèvement sont régis par cette loi.

Organisation familiale

Pour pouvoir se marier légalement en France, les partenaires doivent célébrer une cérémonie de mariage civil. C’est une étape obligatoire si on veut accéder à une cérémonie religieuse, qui au contraire, n’est pas juridiquement contraignante.

Les partenaires peuvent également signer un pacte de solidarité civile, une forme contractuelle d’union civile entre deux adultes, y compris des partenaires de même sexe.

En cas de mesures ou de dispositions spécifiques, les contrats de mariage doivent être établis par un notaire avant d’enclencher la procédure d’union.

Que couve le droit de la famille ?

Les processus civils et les questions juridiques impliquant les responsabilités financières des membres de la famille, les droits de garde, l’admissibilité et d’autres obligations relèvent généralement de la catégorie du droit de la famille.

La violence domestique et la maltraitance des enfants sont incluses dans cette section, bien qu’elles soient considérées en affaires criminelles.

Ci-après une liste non-exhaustive des domaines d’expertise du droit de la famille :

  • Mariage et vie matrimoniale : les critères d’admissibilité tels que l’âge et le sexe sont principalement régis au niveau de la juridiction concernée.
  • Divorce et pension alimentaire : aussi appelé « dissolution du mariage », le divorce est statué par une ordonnance du tribunal, avec ou sans représentation légale. Dans la plupart des cas, un conjoint sera tenu de fournir un soutien financier à l’autre après le divorce.
  • Garde et soutien aux enfants : lorsque les parents divorcent, le tribunal doit décider de ce qui est dans le meilleur intérêt des enfants, ce qui inclut les conditions de vie et le soutien financier.
  • Adoption et placement familial : une variété de considérations juridiques peuvent entrer en jeu lors de l’adoption. Certains enfants peuvent demander à être « émancipés » s’ils prouvent leur maturité et leur autonomie.
  • Violence domestique et maltraitance…

Le cas spécifique du divorce

Les différents types de divorce

Selon le droit de la famille, il existe plusieurs types de procédures de divorce : par consentement mutuel, acceptée, contestée, séparation prolongée.

Les divorces comportent généralement deux procédures :

– L’ordonnance de divorce suivie de la détermination de la garde des enfants et du montant de la pension alimentaire, pour laquelle la procédure doit être effectuée par un juge.

– La répartition des actifs, effectuée par un notaire.

Pour votre intérêt, embauchez un avocat spécialisé dans le domaine du droit de la famille, comme Anne-Laure Dumeau, quelle que soit la complexité de votre cas. Ce type d’expert peut s’avérer très utile, ne serait-ce que pour obtenir des conseils.

Le droit de la famille concernant les enfants du divorce

En cas de divorce ou de séparation, le tribunal décidera du droit de garde du parent. Cette décision est prise dans l’intérêt supérieur de l’enfant.

La garde d’enfants en France se divise en deux types :

La garde légale ou la garde partagée : quand les deux parents se partagent la garde de l’enfant et qu’ils ont les mêmes droits de décision concernant son éducation et son bien-être.

La garde physique : quand l’enfant réside exclusivement chez l’un des parents, mais on peut également demander une garde physique conjointe.

Habituellement, le tribunal ordonne au parent qui a le revenu le plus élevé, de fournir une pension alimentaire pour l’enfant, jusqu’à sa majorité.

L’adoption

Selon la loi française, l’adoption peut être demandée par des couples mariés ou des célibataires. Le processus d’adoption comporte deux étapes : une procédure administrative et une procédure judiciaire.

Dans les deux cas, il serait judicieux de collaborer avec un expert pour éviter tout malentendu ou vice de procédure dans les démarches.

Le droit est divisé en plusieurs branches : droit fiscal, pénal, immobilier, commercial, etc. Spécialistes du droit, les avocats sont censés maîtriser les généralités de toutes ces catégories. Cependant, certains d’entre eux se spécialisent dans un seul domaine afin d’avoir une meilleure visibilité auprès des clients. Dans cet article, nous allons voir particulièrement le métier d’avocat en droit immobilier. Vous en avez déjà entendu parler ? Quelles sont ses missions et quand faut-il le consulter ?

Un homme de loi compétent dans un domaine précis

Avant tout, il faut savoir que le droit immobilier est un domaine très complexe, avec plusieurs spécificités. Il est ainsi difficile à appréhender pour un juriste sans expérience en la matière. L’assistance et les conseils d’un spécialiste du droit immobilier sont des atouts non-négligeables. En effet, cela permet d’éviter les arnaques juridiques en matière de transaction immobilière : vente, achat et location. Le domaine immobilier est soumis à des règles juridiques qui justifient le prestataire ayant des avantages à défendre (locataire ou propriétaire). D’où la nécessité de consulter un avocat spécialisé pour vous informer ce que vous devrez faire en cas de désaccord.

Sa vraie mission

Un avocat en droit immobilier contrôle qu’une convention respecte les règlements en matière de droit des biens dédiés aux biens immobiliers. En effet, les services d’un avocat sont indispensables notamment pour la rédaction des actes de disposition ou d’acquisition d’un bien immobilier, selon les règles imposées par l’État. Cependant, il peut également aider à obtenir un permis de construire ou à créer un SCI (Société Civile Immobilière), en toute légalité.

Le bon conseiller des propriétaires

Si vous êtes propriétaire, un avocat en droit immobilier vous aidera à gérer des locataires mauvais payeurs et donc, à recouvrir vos loyers. Si un locataire refuse de dédommager des dégâts qu’il aurait causés dans votre logement, cet expert peut également intervenir. Il vous conseillera sur les démarches à suivre et vous accompagnera des procédures judiciaires. Un avocat en droit immobilier peut aussi vous aider à rédiger ou modifier les baux qui vous unissent à votre locataire.

Un allié de confiance pour défendre vos intérêts devant la justice

Les contentieux concernant les biens immobiliers sont des problèmes juridiques difficiles à résoudre. Il est, par conséquent, très facile de se faire escroquer, sans l’assistance d’un avocat en droit immobilier. Ce spécialiste du droit peut défendre son client en cas de litige et utiliser ses expériences pour obtenir un gain de cause. Il est également en charge de la négociation avec l’autre parti pour trouver une issue qui puisse satisfaire les belligérants. Il est évident qu’une personne qui ne connaît rien en droit immobilier se démoralisera vite et risque de vouloir brader ses biens pour rien. C’est pourquoi, il est préconisé de se rapprocher le plus rapidement possible d’un avocat spécialisé en droit immobilier en cas de contentieux. En mettant votre dossier est entre ses mains expertes, vous aurez plus de chance d’obtenir gain de cause est élevée. Outre des conseils avisés, il vous procurera une assistance juridique intégrale.

L’avocat qu’il vous faut

En cas de litige lié au droit immobilier, il vaut mieux consulter un spécialiste en la matière. Par ailleurs, un avocat vous informe sur vos droits par rapport à la situation à laquelle vous êtes confronté. Le cabinet RÉAL BEAUVAIS AVOCAT à Laval vous ouvre ses portes et est prêt à répondre à toutes vos questions. Ayant plus de 30 ans d’expérience dans ce domaine, Maître Réal Beauvais dispose de connaissances approfondies en matière de droit de la construction, de vente immobilière et de droit du bail d’habitation. N’hésitez pas à prendre un rendez-vous pour une première consultation.

Avec autant d’avocats et de cabinets œuvrant dans le domaine juridique, comment savoir si vous avez choisi le bon ? Voici 7 signes d’un avocat digne de confiance.

1. Avoir un optimisme prudent

La plupart des affaires ne sont pas des garanties à 100 %. Il est important que votre avocat ne fasse aucune promesse quant à l’issue de votre affaire. Il ne doit pas également être trop confiant, quel que soit son niveau d’expérience. Un grand avocat sait que de nombreux facteurs doivent être pris en compte, qu’aucune procédure judiciaire n’est assorti de garanties. De ce fait, il doit être en mesure de présenter plusieurs options pour le traitement de votre dossier.

2. Être objectif

Aussi étrange que cela puisse paraître, votre avocat ne devrait pas trop compatir à votre douleur. Un bon fournisseur de services juridiques est capable de rester objectif et de rechercher la vérité à tout prix. Votre avocat devrait entretenir une relation professionnelle fondée sur la confiance et les faits (bons ET mauvais).

3. Être un grand auditeur

La relation d’un avocat avec son client est d’une importance capitale. Un client qui ne se sent pas entendu risque de retenir des informations ou ne pas être complètement impliqué dans le processus. Pour constituer la cause la plus solide possible, un bon avocat doit avoir une capacité d’écoute, tout en étant réactif. Cela ne signifie pas qu’il vous répond en quelques secondes, mais qu’il tienne compte de votre temps et qu’il vous donne une réponse dans les meilleurs délais.

4. Être un enquêteur

Pour bien défendre son dossier, un bon avocat doit avoir un véritable esprit d’enquête. Il est essentiel de savoir où et comment chercher des informations. Sachez qu’une découverte intéressante peut faire basculer une affaire, en votre faveur.

5. Être réactif

Un bon avocat sait que les besoins de son client sont primordiaux. Vous ne devrez pas avoir à attendre plusieurs jours avant d’obtenir une réponse. En effet, votre avocat devrait toujours être disponible pour vous.

6. Être un bon orateur

Être un bon orateur ne signifie pas seulement avoir un contact visuel et un langage fluide. Il consiste également à susciter des émotions et à convaincre votre auditoire de votre point de vue. Un bon avocat est un conférencier concis. Il doit être capable de présenter et d’expliquer ses idées clairement, sans perdre du temps.

7. Être honnête

Même si c’est un sujet délicat, il est essentiel que votre avocat parle de ses frais de service dès le départ. Certains types de représentation ont des honoraires forfaitaires : questions d’immigration, faillite de base, droit administratif, etc. Cependant, la plupart des avocats ont des honoraires variables, et un professionnel dans ce métier vous donnera une fourchette de prix.

Dernier point, mais non des moindres, un bon avocat devrait vous traiter, ainsi que les autres parties (même l’avocat adverse), avec respect. Il vous tient au courant de tous les progrès et devrait communiquer avec vous fréquemment.

Vous trouverez toutes ces qualités et plus encore dans l’équipe juridique d’EVOL’JURIS. Le cabinet répond à toutes questions d’ordre juridique ou judiciaire que vous pourriez rencontrer. Que vous soyez un particulier ou une entreprise, Maître Jean-Pierre DARMON et Maître Patricia BLOUET-JARDI interviennent dans tous les domaines du Droit. Ils mettront à votre disposition leur expérience pluridisciplinaire. Ils sont en partenariat avec un réseau d’avocats privilégiés sous la seule direction et la responsabilité du cabinet. Grâce à leur notoriété et des moyens de communication efficaces, ils peuvent traiter tous types d’affaires. Par ailleurs, ils veilleront à rester en relation avec vous pendant la durée du traitement du dossier.
Pour obtenir de plus amples informations sur les services proposés par le cabinet EVOL’JURIS, appelez au 04 42 27 47 00.

Le Code civil français a été adopté pour la première fois en 1804 par Napoléon Bonaparte, et est devenu un modèle dans l’élaboration des codes civils dans d’autres pays. Étant l’une des lois civiles les plus anciennes du monde, le droit civil français a subi de nombreux changements. Jusqu’à aujourd’hui, il fait l’objet de mises à jour régulières, suivant l’évolution de la société et des mentalités.

Le droit civil couvre notamment le droit privé, le droit de la famille, le droit du travail, le droit de la propriété et le droit de l’obligation. C’est un domaine qui fait également beaucoup appel à la notion de jurisprudence, toutefois, fait l’objet d’une grande prudence.

Dans cet article, nous allons voir les principales subdivisions du Code civil français, ainsi que leur contenu général.

Le premier livre du Code civil

La première partie du droit civil français commence par quelques dispositions générales relatives aux droits civils des personnes, de la nationalité, des moyens de gagner ou de perdre ces droits, ainsi que de l’état civil d’un citoyen. Le premier livre contient également des dispositions sur le mariage, la dissolution du mariage et ses conséquences. On y trouve aussi les différentes réglementations sur les enfants, l’adoption et les relations interpersonnelles. Cette partie couvre généralement tout ce qui est relatif au droit basique de la personne.

Le deuxième livre du Code civil

La deuxième partie est consacrée au droit de la propriété. Elle définit les différents types de biens, ainsi que les généralités sur la propriété, mais également ce qu’est l’usufruit, ainsi que les servitudes et les services fonciers associés aux biens. Elle comporte plusieurs subdivisions régissant le domaine de la propriété des contentieux, relatifs aux mouvements de biens. La propriété intellectuelle y est certes introduite, mais elle possède aussi un segment spécifique du droit.

Le troisième livre du Code civil

La troisième partie commence par le droit de succession. Elle définit la notion de l’héritage et les droits légaux en matière de succession. Elle indique également comment s’effectue le partage d’une propriété, et définit la différence entre les dons et les legs. Cette partie du droit civil mentionne les testaments et leurs types.

Le troisième livre fait également référence au droit des obligations. Ainsi elle définit le contrat, les parties pouvant conclure un contrat, leurs capacités et l’objet d’un contrat. On y trouve aussi les dispositions légales sur les types d’obligations, leur entrée en vigueur et leur extinction. Les accords non-écrits y sont également consignés.

Le Code du travail fait également partie de ce troisième chapitre du Code civil. Il définit les relations entre employeur et employés. Ce chapitre décrit les obligations et les natures de toute forme de partenariat professionnel.

Les dernières parties font référence aux emprunts, aux intérêts, aux activités de jeu, à la définition de l’arbitrage et contiennent des dispositions sur les hypothèques et les recouvrements des créances.

Si vous recherchez des réponses ou une assistance dans le cadre d’une affaire juridique impliquant le droit civil, vous pouvez vous adresser au Notaire André Vaillancourt de Saint-Jean-sur-Richelieu.

Le métier d’avocat est souvent considéré comme ennuyeux et d’une rigueur incommensurable. Cependant, ceux qui ont choisi cette voie peuvent avancer des avantages conséquents quant à l’exercice du métier.

Et pour les avocats, ces avantages l’emportent sur les investissements financiers et personnels jusqu’à l’obtention du diplôme.

  • De vastes options de carrière

Les avantages d’être un avocat comprennent notamment la possibilité de choisir parmi une grande variété d’options de carrière, que ce soit dans le secteur public ou privé.

Par exemple, si votre vocation vous appelle à rendre le monde plus sûr pour vous et les autres, vous pouvez choisir d’exercer en tant que procureur. D’un autre côté, si vous croyez que notre système judiciaire pénal repose sur le principe de la présomption d’innocence et du droit à la défense, optez pour une carrière d’avocat à la défense publique.

Fait notoire, de nombreux avocats préfèrent exercer dans le droit pénal, mais dans le secteur privé, car les rémunérations des avocats en cabinet privé sont plus élevées que la moyenne.

  • Récompenses financières et émotionnelles

Quand on démarre un sondage auprès des étudiants en droit et des aspirants avocats, la plupart répondront que les récompenses financières et émotionnelles pèsent le plus dans leur motivation.

Effectivement, un avocat peut disposer d’un revenu conséquent, largement supérieur au salaire moyen des fonctionnaires et travailleurs français. Et encore, selon le secteur où un avocat se spécialise, il peut avoir droit à de nombreuses prérogatives liées à sa fonction.

Bien sûr, l’argent n’est pas la seule principale raison de leur choix. Les récompenses émotionnelles peuvent être encore plus satisfaisantes que les rémunérations financières. Si vous êtes passionné par votre domaine de spécialisation et que vous croyez que votre client constitue votre priorité, l’idée d’aider les gens à protéger et faire valoir leurs intérêts, est considérablement satisfaisant. C’est pourquoi le métier d’avocat peut être très gratifiant.

  • Stimulation mentale et défi intellectuel

Pour un avocat, le quotidien consiste à s’immerger dans les lois et les théories juridiques complexes pour trouver les réponses à des questions, pour les besoins de ses clients. Pour être un avocat, il faut posséder des compétences analytiques exceptionnelles, en plus de maîtriser les arcanes du milieu juridique.

Pratiquer ainsi lui permet d’utiliser ses facultés intellectuelles chaque jour, de manière efficace pour répondre aux questions de son client. Parce que chaque cas est unique, il faut que l’avocat mette en œuvre toutes ses compétences pour rechercher, spéculer et formuler des stratégies et des plaidoiries.

  • Discussion, débat et ouverture d’esprit

Si pousser votre potentiel intellectuel à son summum ne vous rebute pas, et si vous êtes ouvert au débat, vous avez peut-être trouvé votre vocation. Le métier de l’avocat va l’amener constamment à débattre sur une question, que ce soit devant la cour, pendant une réunion ou toute autre situation qui nécessite une expertise juridique.

Devenir avocat vous donnera amplement l’occasion d’argumenter et de débattre des théories juridiques et diverses interprétations de la loi.

  • Environnement de travail

Pour beaucoup, l’environnement de travail est l’un des critères les plus importants dans la détermination d’un choix de carrière. La plupart des avocats travaillent dans des cabinets, des organismes gouvernementaux ou des sociétés, où ils possèdent un bureau réel et indépendant. Ainsi donc, le fait d’être avocat donne certains privilèges auxquels les autres employés ne peuvent pas accéder (bureau individuel, comptes de dépenses, budget de décoration, etc.)

  • Compétences transférables – Carrières alternatives

Avoir suivi des études en droit pour devenir avocat ne signifie pas que l’on doit opter pour ce choix de carrière. De nombreuses personnes se trompent dans leur jugement en affirmant que le cursus académique de l’avocat ne lui permettra pas de s’ouvrir à d’autres secteurs d’activités.

Afin de rectifier l’opinion, sachez alors que les connaissances qu’on acquiert pendant les études de droit peuvent très bien servir pour d’autres domaines juridiques. Parmi les alternatives de carrière au métier d’avocat, on dénombre : le conseil juridique, l’édition juridique, la technologie juridique, l’éducation, l’administration, la finance et le secteur bancaire, la résolution de conflits, le management, etc.

  • La flexibilité

Des horaires imprévisibles, des quotas exigeants, de longues heures de travail et très peu de jours de congé caractérisent les contraintes de temps imposées par le métier d’avocat.

C’est pourquoi, les cabinets ont innové leur vision contemporaine du métier pour permettre à leurs employés de parvenir à un meilleur équilibre entre la vie professionnelle et la vie privée.

Des mesures adaptées ont été mises en place, comme : les horaires de travail alternatifs, l’échelonnement des salaires, l’élargissement des congés familiaux (congé de paternité inclus), la réduction des heures facturées, etc.

Sans cesse, de nouvelles mesures sont développées pour rendre l’horaire de travail des avocats de plus en plus flexibles. Entre autres, l’innovation technologique actuelle permet de capitaliser tous les moyens non humains possibles, et de les mettre au service des cabinets d’avocats (assistants virtuels, formulaires interactifs…).

Les avantages augmentent au fur et à mesure que les cabinets et d’autres employeurs d’avocats se rendent compte de l’importance de fournir plus de flexibilité à leurs employés.